Comment devenir travailleur·se autonome ?

Faut-il ou pas me lancer à son compte comme travailleur·se autonome ? Vais-je arriver à trouver des client·e·s ? Par où commencer ? Dois-je m’inscrire aux taxes ? Suis-je obligé·e de m’enregistrer au Registraire des entreprises ? Ce sont toutes des questions que tu te poses certainement et c’est tout à fait normal !

Toutes celles et ceux qui sont devenu·e·s un jour travailleur·se autonome ou entrepreneur·e ce sont posé·e·s ces questions et bien plus encore. L’important c’est d’aller trouver les réponses à tes questions.

ada, l’académie des autonomes, te répond à travers des outils numériques qui se retrouvent dans la boîte à outils et aussi grâce à une communauté de travailleur·se·s autonomes, tu ne seras donc pas seul·e dans cette aventure !

Femme libre en fauteuil roulant en forêt
escalier contour bleu
Homme travailleur autonome à son bureau

Avoir une entreprise individuelle ça implique quoi ?

Être travailleur·se autonome ça veut dire beaucoup de choses, entre autre :

  • Gérer son horaire
  • Faire sa facturation
  • Démarcher des clients
  • Réaliser les contrats obtenus
  • Sous-traiter une partie du travail
  • Prévoir les imprévus et les impôts
  • etc.

Prendre ce chapeau signifie d’avoir une multitude de chapeaux. C’est ce qui est stimulant, mais également un peu étourdissant.

À quoi faut-il penser avant de partir à son compte ?

Josée Mainville, La Madame des assurances, une spécialiste en assurances personnelles, et amie d’ada, te pose les questions suivantes :

1

Qui aura la gentillesse de mettre de l'argent dans ton compte ?

Il est important de réfléchir à la façon tu pourras payer tes factures si tu tombes malade ou simplement en incapacité de payer tes besoins de base.

2

Quel sera l’impact sur ton compte bancaire si tu es en arrêt de travail ?

Si demain tu ne peux plus rembourser tes cartes de crédits, combien de temps tiendras-tu ? À quel point la situation aura un poids sur ta vie personnelle, professionnelle et de famille ?

3

Combien recevras-tu dans ton compte ?

Est-ce que le montant que tu recevras couvrira tes dépenses vitales ? C'est crucial de vérifier que l'assurance que tu as, si tu en as une, sois représentative de ta réalité actuelle. Si tu étais couvert·e il y a 10 ans, le contrat que tu as contracté est peut-être à refaire.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube's privacy policy.
Learn more

Load video

Ais-je besoin de m'enregistrer au Registraire des entreprises ?

Ce n’est pas essentiel si tu exploites une entreprise comme travailleur·se autonome simplement avec ton nom à toi.

Même si ce n’est pas obligatoire, il est intéressant de t’inscrire au Registraire pour plusieurs raisons. Les gens qui font affaires avec toi pourront trouver tes informations légales. En plus, tu obtiendras un numéro d’entreprise du Québec (NEQ) qui te sera utile dès que tu voudras t’inscrire aux taxes (TPS/TVQ) ou pour toutes tes communications avec le gouvernement.

Professionnalisme

T'inscrire au Registraire des entreprises du Québec démontre ton sérieux quant à tes activités de travailleur·se autonome.

Nom d'entreprise

En t'inscrivant sur le Registraire des entreprises, tu pourras choisir un nom pour ton entreprise plutôt qu'utiliser ton nom personnel.

Dois-je obligatoirement m'inscrire aux taxes (TPS/TVQ) ?

carré bleu valeur fiabilité pour ada académie des autonomes

De façon générale, tu dois t'inscrire aux fichiers de la TPS et de la TVQ lorsque tes revenus (bruts, avant impôts) excèdent 30 000$ au cours des quatre trimestres civils précédents.

Toutefois, lorsque tu prévoies atteindre et dépasser ce seuil de 30 000$, pourquoi attendre ?

Même si tu penses ne pas l’atteindre, ou pas rapidement, il peut être avantageux de t’inscrire dès maintenant, car tu pourrais récupérer la TPS et la TVQ sur tes intrants (dépenses taxables).

Autre élément à ne pas négliger, tu démontres un certain sérieux à tes clients et surtout, ils ne savent pas que tu ne fais pas encore 30 000$ de revenus !

Il est important de consulter un·e comptable professionnel·le agréé·e puisqu’il y a plusieurs règles particulières à respecter, que ce soit au niveau des services et produits taxables, les éléments à indiquer sur la facture et les différentes méthodes de déclarations.

Brigitte L'Ecuyer, CPA, CA

Quel montant prévoir pour les impôts de fin d'année ?

C‘est une question classique à laquelle il n’y a pas de réponse unique. Le montant d’impôt à prévoir dépend principalement de ton organisation juridique (incorporée ou non) et de ton taux d’impôt, mais également du niveau de bénéfice prévu.

Il est important de considérer ce que tu prévoies réaliser durant la prochaine année, car les impôts payés l’année précédente peuvent ne pas refléter les impôts à payer l’année suivante. Ici, le mot clé est planification et ta ou ton comptable professionnel·le agréé·e est là pour t'accompagner.

Brigitte L'Ecuyer, CPA, CA