Portrait T8aminik (Dominique) Rankin chef héréditaire algonquin avec coiffe

Les solopreneur·e·s autochtones

Dans cet article, je te présente plusieurs travailleur·se·s autonomes, mais plus spécifiquement autochtones. Je te donne des liens vers différentes ressources pour trouver des entrepreneur·e·s et solopreneur·e·s autochtones.

Mais c’est aussi et avant tout un article pour découvrir la culture des Premières Nations à travers des sites, des liens et des documents. Tu vas passer par des produits traditionnels, puis sur des sites du gouvernement pour finir dans le tourisme autochtone au Québec et au Canada.

Bonne lecture et bonne découverte !

Pourquoi parler de solopreneur·e·s autochtones ?

Ma première réponse est : pourquoi pas ?

Maintenant que mon esprit de contradiction a parlé, je peux t’expliquer la raison de cet article. J’ai décidé d’écrire à propos des travailleur·se·s autonomes des communautés autochtones car plusieurs personnes m’ont fait remarquer qu’elles lisaient Académie des Autochtones au lieu de l’Académie des Autonomes. J’ai trouvé ça intriguant puisque moi-même cet été, j’ai participé à une activité de l’organisme Kina8at dont la mission est la suivante :

Le mot Kina8at (prononcer « Kinawat ») signifie « ensemble » dans la langue Anicinape (Algonquine). Ce mot résume bien la mission de notre organisme à but non lucratif :

– Permettre la reconnexion culturelle chez les Premières Nations
– Favoriser le partage des cultures autochtones avec tous
– Dans l’esprit de la Réconciliation et dans le respect de la Terre-Maman

Kina8at

Je dois avouer qu’il était difficile de choisir l’angle à prendre pour cet article. Ça pourrait aller dans tellement de direction… Cependant, j’ai choisi de rester fidèle à la raison d’être d’ada, l’académie des autonomes, qui est d’aider et de mettre en avant des travailleur·se·s autonomes. C’est pourquoi je vais te parler de quelques solopreneur·e·s autochtones, mais aussi de l’entrepreneuriat des Premières Nations.

Fondateurs de Kina8at, des personnes passionnées

Mise en garde : je ne suis pas du tout objective lorsque je parle de ces deux chaleureux êtres humains.

T8aminik (Dominique) Rankin, conférences d’un chef héréditaire algonquin

Un homme simple d’une grande humanité. Dès qu’il ouvre la bouche, mon cerveau est en voyage, mon esprit part dans l’univers des Anicinapek (prononcer « Anichinabés », aussi appelé les Algonquins). Chomis, qui veut dire grand-père et qui désigne T8aminik ici, est sans contredit une personne à rencontrer une fois dans sa vie. Je me sens privilégiée d’avoir eu cette chance pendant un stage de ressourcement qu’offre Kina8at dans leur centre à La Conception, tout près de Mont-Tremblant (région des Laurentides).

Il est conférencier et donne des formations en milieux professionnels. Il amène la philosophie et la sagesse autochtone partout avec lui. Autant dire que c’est une grande source d’inspiration !

Portrait T8aminik (Dominique) Rankin  chef héréditaire algonquin avec coiffe
© Gael Ayan

Marie-Josée Tardif, autrice et conférencière au grand cœur

Marie-Josée, ou aussi Kukum (prononcer « Koukoum ») qui veut dire grand-mère en Anicinape, est tout aussi marquante que Chomis. Sa personnalité chaleureuse et joyeuse m’enveloppe à chaque fois que j’ai la chance d’échanger avec elle. Elle porte en elle une bienveillance qui invite l’autre à partager librement ce qu’iel a sur le cœur facilement.

Marie-Josée offre régulièrement des formations inspirées des traditions millénaires des Premières Nations. Son enseignement est également empreint de sa rigoureuse formation dans le domaine de la pleine conscience.

Biographie de Marie-Josée Tardif
Portrait Kukum Marie-Josée Tardif
© Low

Kukum est également autrice du best-seller On nous appelait les Sauvages (Éditions Le Jour, 2011 et en anglais chez Vidacom, sous le titre They called us Savages), mais aussi de La Leçon de Sitar ou l’Art de vibrer de toutes ses cordes (Éditions du Roseau, 2007).

Je te suggère fortement (je ne suis pas du tout payée pour « dire » ça, j’ai simplement été très touchée par ce livre) de lire le livre On nous appelait les Sauvages. C’est écrit de façon légère, sans jugement, malgré la lourdeur de certains événements qui se sont passés dans la vie de Chomis.

Né sur les berges de la majestueuse rivière Harricana, en Abitibi, le jeune Dominique Rankin est destiné à succéder à son père à titre de chef héréditaire et homme-médecine, mais l’envahissement des territoires autochtones par les Blancs et l’intégration forcée à leur société change radicalement le cours de son existence. Arraché à ses parents et à sa culture, il grandit dans le pensionnat des petits Sauvages avant de retrouver la liberté, son peuple et ses origines. Autrefois grand chef de la nation algonquine, il ouvre aujourd’hui le livre de ses souvenirs, les plus lumineux comme les plus sombres, et offre un vibrant témoignage sur le respect, le pardon et la guérison qui vous fera découvrir un peuple à la tradition millénaire.

On nous appelait les sauvages
Livre On nous appelait les sauvages Dominique Rankin et Marie-Josée Tardif
© Photo de Nancy Lessard

Un peu d’information sur l’organisme Kina8at – Ensemble

L’organisme offre une multitude d’ateliers et de stages de ressourcement pour toutes et tous, que l’on soit autochtone ou non. En temps de pandémie, les activités se font virtuellement, mais dès que ce sera possible elles se feront en personne. Le mieux c’est de s’inscrire à l’infolettre de l’organisme afin de ne rien manquer.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

Trois raisons d’appuyer Kina8at :

  1. Pouvoir enfin apprendre à se connaître, après 500 ans de cohabitation.
  2. Célébrer ensemble la grande richesse d’une culture de chez nous.
  3. Permettre à tout un peuple de se remettre en marche.

Minda Forcier et Anokian : la médecine de la forêt

Une conférencière herboriste au Québec selon les traditions de la Terre-maman : Minda Forcier

Minda Forcier est une travailleuse autonome autochtone depuis plusieurs années. Ses origines des Premières Nations sont algonquines métissées abénaquises. Son nom spirituel est Mackiki Ik8e qui veut dire la femme médecine de la forêt.

Elle se consacre à l’enseignement du savoir traditionnel aux peuples Anishinabek afin de les aider à retrouver leurs racines. Elle partage également ses connaissances sur les plantes utilisées par les Premières Nations avec des personnes de toutes origines, désireuses de découvrir la philosophie simple et profonde de ses ancêtres. Elle est fréquemment invitée à participer à des événements des Premières Nations pour promouvoir la Culture. Elle s’implique fortement à enseigner la culture autochtone dans différents milieux scolaires, autant primaire que universitaire. Elle a beaucoup d’expérience à partager avec les jeunes de tous âges.

Minda Forcier et ses conseils d’herboriste
Minda Forcier cueillant des herbes Anokian Nature Authentik Autochtone
© Anokian Nature Authentik Autochtone
Minda Forcier cueillant des fleurs Anokian Nature Authentik Autochtone
© Anokian Nature Authentik Autochtone

Anikian Nature : des produits naturels et traditionnels pour le respect du corps et de la terre

Logo Anokian Nature Authentik Autochtone

Je suis devenue fan des produits Anokian Nature, surtout de la crème réparatrice pour le corps et le déodorant naturel. Tu veux savoir ce que je pense de ces produits ?

  • Crème réparatrice pour le corps à la lavande et au romarin : l’hiver, mon nez pèle puisque c’est trop sec, mais pas avec cette crème. En plus, elle sent tellement bon, j’ai l’impression d’être au spa ! Quand je l’applique, j’ai l’impression que c’est de l’eau, mais au contact de la chaleur de la peau elle se « crémise » (j’aime bien inventer des mots). Il faut préciser qu’il est recommandé de la garder au réfrigérateur. Bref, j’adore !
  • Déodorant à base de charbon végétal au conifère : j’ai essayé plein de déodorants naturels (sans aluminium) et ça ne marche pas vraiment. Celui-ci fonctionne bien sur moi, on verra si en été il est toujours aussi performant.
  • Beaume à lèvres à la menthe sauvage et au miel : je l’aime bien également, il ne colle pas et hydrate bien.

Coups de cœurs de travailleur·se·s autonomes des communautés autochtones

Dans mes recherches, j’ai eu de belles découvertes ne rentrant pas dans la case « Québec » et/ou « francophone », j’ai décidé de faire une section « Coups de cœurs » afin de te partager ces petites perles.

Nadia Kwandibens, photographe

Photographe autodidacte, Nadia est une Anishinaabe de l’Ontario. Que ce soit sous son nom ou sous celui de son entreprise Red Works Photography, elle expose et prend des contrats au Canada et aux États-Unis.

Elle est très impliquée dans sa communauté et son travail vise à partager la culture autochtone au plus grand nombre.

Portrait de Tee Lyn Duke de la série "Concrete Indians" au Ryerson University © Nadya Kwandibens/Red Works Photography
Portrait de Tee Lyn Duke de la série « Concrete Indians » au Ryerson University © Nadya Kwandibens/Red Works Photography

Blake Angeconeb, artiste peintre

Il insère quasiment à chaque fois un ou plusieurs personnages populaires dans ses œuvres. Elles sont souvent très colorées et pleines de courbes comme celle ci-dessous.

"Uncle Bernie" © Blake Angeconeb, 2021
« Uncle Bernie » © Blake Angeconeb, 2021

Alanis Obomsawin, réalisatrice

C’est l’une des plus éminentes réalisatrices autochtones du monde. Elle a réalisé plus de 50 films dont des documentaires phares comme Les événements de Restigouche et Kanehsatake – 270 ans de résistance.

La cinéaste abénaquise a reçu de nombreux honneurs nationaux et internationaux.

Le chemin de la guérison © Alanis Obomsawin 2017
Le chemin de la guérison © Alanis Obomsawin 2017

En apprendre plus sur les cultures autochtones au Québec

Artial : pour mettre en avant l’art autochtone au Québec et au Canada

Artial : art et social est un OBNL qui contribue à la reconnaissance des arts des Premiers Peuples du Québec et du Canada en favorisant une meilleure connaissance des créatrices et créateurs autochtones. Afin de faire évoluer le discours portant sur les œuvres et les cultures des Premières Nations, des Inuits et des Métis, Artial vise à faire mieux apprécier l’apport des artistes de ces nations à plusieurs niveaux.

Nous visons à faire en sorte que le public, les artistes autochtones et le milieu de l’enseignement se rencontrent et discutent sur la base d’expériences partagées.

Pour y parvenir, notre équipe organise des activités permettant des échanges entre les membres du public, les artistes qui présentent leurs œuvres et leur démarche, ainsi que les chercheurs et les étudiants qui s’y intéressent. En encourageant le partage de points de vue différents, Artial permet aux participants de concilier le plaisir des rencontres avec l’approfondissement de la réflexion.

Artial : art et social

Femmes Autochtones du Québec (FAQ) : organisme de soutien aux droits et intérêts des familles

La mission de la FAQ est la suivante : Nous visons à représenter et défendre les intérêts des femmes autochtones, de leur famille et de leur communauté à travers le Québec !

Sur leur site, tu trouveras plusieurs liens intéressants. Tu peux soutenir l’organisme en devenant membre ou simplement en faisant un don.

Logo Femmes Autochtones du Québec (FAQ)

KWE à la rencontre des peuples autochtones : Festival à Québec

Rien de tel que la découverte directe d’une culture pour mieux la comprendre. Le festival “KWE! À la rencontre des peuples autochtones” est un événement public qui met en avant les traditions, les cultures et la vie contemporaine des Premières Nations et des Inuit. Il y aura une large gamme d’attraits touristiques, tu pourras participer à des ateliers sur les savoirs traditionnels, assister à des spectacles, goûter à des spécialités culinaires et plus encore. Tout le monde est le bienvenue !

L’événement est organisé en collaboration par :

  • Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador
  • Conseil de la Nation huronne-wendat (l’hôte de l’événement)
  • Affaires autochtones et du Nord Canada.

L’organisation de cet événement implique plusieurs autres partenaires :

  • Tourisme autochtone Québec
  • Réseau jeunesse des Premières Nations
  • Wapikoni mobile
  • Cercle Kisis
  • Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
  • Ville de Québec
  • Gouvernement du Québec

J’ai bien hâte de découvrir ce festival !

Natives : première revue qui partage la culture des Premières Nations du monde entier en français

C’est l’une de mes plus belles découvertes des derniers mois. La revue Natives est pleine de rencontres avec des peuples des Premières Nations à travers la planète. Ce sont des entrevues pour présenter différents portraits et cultures. Je l’ai découvert puisqu’une amie, Sylvie Dubreuil, a fait l’entrevue de Marie-Josée Tardif de Kina8at qui se retrouve dans la revue numéro 3. Dans cette édition, on y retrouve également Dominique Rankin, mais dont l’interview a été réalisée par une autre personne.

Un peu d’éducation sur l’histoire autochtone au Québec

S’éduquer est toujours bon. Je continue d’apprendre tous les jours et cet article a enrichie mon apprentissage de la culture et de l’histoire autochtone au Québec, mais aussi dans le monde. Je te propose deux outils en ligne et gratuits afin de parfaire tes connaissances. Bonne lecture !

Guide pédagogique, les perspectives autochtones

Guide pédagogique perspectives autochtones

Droits des autochtones au Canada

Droits des autochtones Encyclopédie canadienne

Mikwam Makwa Ikwe : analyse des besoins en entrepreneuriat des femmes autochtones

Rapport très intéressant sur les besoins à travers le Canada en lien avec l’entrepreneuriat des femmes autochtones.

Le document ci-contre est le rapport complet en français et a été réalisé par le Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat.

Le Canada compte quelque 23 000 femmes entrepreneures autochtones, et les femmes autochtones y sont proportionnellement deux fois plus nombreuses à lancer une entreprise que les autres femmes.

Mikwam Makwa Ikwe

Ci-contre, tu as la vidéo des échanges (en anglais seulement) sur le rapport par des femmes entrepreneures autochtones et des porteuses du projet au sein du Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat (WEKH Women Entrepreneurship Knowledge Hub).

Mikwam Makwa Ikwe : analyse des besoins en entrepreneuriat des femmes autochtones WEKH
YouTube

By loading the video, you agree to YouTube’s privacy policy.
Learn more

Load video

Liens utiles pour découvrir des solopreneur·e·s des Premières Nations

Dans cette section, tu trouveras une multitude de liens pour découvrir des travailleur·se·s autonomes et entreprises autochtones du Québec et du Canada. Je te mets également les liens vers les sites de tourisme autochtone. Ce sera aussi l’occasion d’encourager et de soutenir les entreprises autochtones !

Répertoire d’entreprises autochtones au Québec

Logo CDEPNQL Répertoire entreprises autochtones du Québec

Entrepreneur·se·s autochtones Gouvernement du Québec

Logo gouvernement du Québec

Répertoire des entreprises autochtones du Canada

Logo Service aux autochtones Gouvernement du Canada

Destination autochtone : Ils sont là depuis la nuit des temps !

Logo ITAC Association tourisme autochtone du Canada

Découvre le Québec autochtone : Tourisme autochtone Québec

Tourisme autochtone Quebec logo

Trouver et encourager des artistes, artisans et entreprises autochtones – IndigiMall.net

Il sera bientôt plus facile de trouver et d’encourager des entrepreneur·e·s autochtones !

Welcome to IndigiMall! A one-stop-shop to buy Indigenous-made art, fashion, beadwork, moccasins, accessories and more! Meet local and worldwide Indigenous businesses as we build an inclusive economy and contribute to Economic Reconciliation. Follow our socials for updates and announcements!

Logo IndigiMall

Alors, as-tu découvert quelque chose ? As-tu un·e travailleur·se autonome que tu voudrais partager avec nous ? Sois bien libre de commenter cet article et de le propager sur tes réseaux sociaux.

Partage :

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.